Tales and Tides – La tenue parfaite pour surfer et bronzer

10/04/2017

Mi-mars 2017, je me balade dans la rue, il fait plus de 20 degrés, il n’y a aucun nuage dans le ciel. Je rencontre des gens en tee-shirts, en shorts, des filles en robes, des personnes en ballerines… Non je rigole, j’ai évité de croiser les ballerines !

L’été est bientôt là, et j’entends déjà des noms de destinations de vacances en terrasse. A ce propos, j’ai découvert un compte Instagram hier, Tales and Tides, une nouvelle marque de maillots de bain trendy pour flâner à la plage.

Une marque adaptée aux filles qui veulent surfer sans perdre leur haut dans l’océan à chaque vague.

J’ai voulu questionner la créatrice Julia Gomez, parce qu’après avoir liké 2 photos de son compte, j’ai eu envie de craquer pour un de ces modèles de rêve, de prendre ma board et de partir.

J’ai pris le temps de discuter avec elle, à travers ses anecdotes et son sens de l’humour, cette jeune femme a réussi à m’envoyer des ondes ultra positives. Entre spontanéité et passion, rencontre avec la créatrice des maillots Tales and Tides.

Hello Julia, tout d’abord, je te laisse te présenter en quelques mots !

Hola! Je m’appelle Julia, je suis Argentine de famille Italienne et j’habite en France depuis 4 ans. J’ai 31 ans, je suis designer de produits, accro au surf et passionnée de mode depuis toute petite.
Je viens de lancer la marque Tales and Tides mais je travaillais sur le projet depuis plusieurs mois déjà.

Qu’est ce qui t’a poussé à créer cette marque ? Est ce que tu vises une catégorie d’acheteuses en particulier ?
J’ai toujours aimé l’aventure et les « sports de garçons ». Quand j’étais petite, je n’avais aucune notion du danger, je montais dans les arbres, je faisais du skate ou alors je m’entrainais à faire des backflip dans la piscine… J’avais souvent les genoux des pantalons déchirés et un plâtre quelque part.

Quand je suis arrivée en France, j’ai appris à surfer et je suis devenue fan. A partir de ce moment, j’ai commencé à organiser ma vie et mes voyages en fonction des vagues.

« La marque a été créée pour les filles aventurières et authentiques qui veulent s’amuser et surfer confortablement tout en étant jolies. »

Dans les pays tropicaux, surfer en bikini était un véritable challenge. Je perdais le bas de mon bikini en faisant des canards (passer sous la vague, sans reculer dans le jargon) et le haut ne restait jamais en place.

Parfois, des tops sportifs tenaient la route mais au niveau du style ce n’était pas dingue…

Après avoir essayé beaucoup de maillots de bain je me suis rendue compte qu’il n’y avait presque pas de marques pour surfer avec un style trendy et original, c’est ce qui m’a motivé à créer Tales and Tides.

Peux-tu nous parler du T&Tgang ?

Le Tales and Tides Gang c’est un groupe des filles qui représente la marque.
Elles ont des points communs comme la pratique du surf ou du skate mais chacune a une identité très définie.

Elles sont authentiques, créatives et spontanées, de vraies aventurières qui n’ont pas besoin de montrer leurs fesses ou faire des « duck face » pour gagner des followers.

On a vu le compte Instagram de Tales and Tides et on a voulu partir en vacances, les réseaux sociaux ont-ils été déterminants pour faire connaître la marque ?

Oui ! J’ai lancé la marque à Bali, c’était donc la manière la plus directe de me faire connaitre en France et dans le reste du monde. A travers les réseaux sociaux j’invite les gens à faire partie de l’univers Tales and Tides, de partir en voyage dans des pays tropicaux, réveiller leur côté créatif et faire partie du T&T gang.

Et pour finir, une question que nos copines surfeuses peuvent se poser, est-ce que tu vas créer des modèles de combis pour aller surfer ? 

Pour le moment je me concentre sur les maillots de bain, mais pourquoi pas plus tard faire une collaboration avec une marque de combis !

Julia nous a envoyé la seule photo d’elle qu’elle avait de disponible, et même celle là, elle est classe.

Facebook : Tales and Tides

Site : http://www.talesandtides.bigcartel.com/

Instagram : talesandtides

 

Je veux voir ça demain

2

Par Agathe Pageaut

16 articles

"S'enlacer sans s'en lasser"

share

random

prev

next