Oswin Benjamin

18/04/2017

Et si on changeait de disque ? Et si on mettait les gros succès du moment en pause ? Si on retournait aux sources du Rap ? Là où tout a commencé. Là où le rythme a rencontré les instruments en cuivre, la contrebasse et la batterie.

Je vous parle d’un Rap simple, sans artifice. Un Rap pure. Un bon vieux Rap à l’ancienne quoi !

Oswin Benjamin, rappeur du Bronx, nous a balancé une jolie Mixtape qui nous plonge dans la rencontre entre le Hip-Hop et le Jazz. Hueman. 20 minutes, 6 tracks, et un retour dans le passé. L’univers musical de cette mixtape est incroyablement réussi.

Dès les premières minutes d’écoute, on adhère. On comprend qu’on va passer une tête à tête avec un rappeur talentueux. Cette impression de rentrer dans un cabaret. De commander un whisky, de s’asseoir et écouter le MC accompagné de son orchestre.

Car oui, musicalement, on prend une claque. Batterie, trompette, claviers, solo de contrebasse. C’est travaillé. Derrière, Oswin nous met d’accord avec un phrasé précis et rapide. C’est limpide et propre.

Hueman c’est tout simplement un doux mélange. Là où le Jazz, un des pères du Rap vient prêter main forte à ce dernier. Qui peut dire que le Rap n’est pas musical ?

Qui peut encore oser insinuer que le Rap n’est que bruit ? Le Rap n’est que musique. Oswin Benjamin arrive même à lâcher ses textes sur les impros de ses musiciens.

L’osmose est parfaite. Crescendo, accélération du rythme et nous voilà tout en haut. L’apothéose de la musique. Là où les musiciens deviennent des créateurs accompagnant le rappeur. Car la musique, c’est ça ! C’est jouer, ensemble, se regarder et balancer le son.

 « I don’t wanna be the greatest. I wanna be the realest” (Je ne veux pas être le meilleur. Je veux être le plus authentique) Land of the Wolves track N°1. Tout simplement. Dans cette phrase, Oswin Benjamin résume la vie du Rap. Être sincère dans sa prise de parole, dans sa création. Être authentique dans sa musique.

Vous aimerez. Vous aimerez Hueman d’Oswin Benjamin. Cette mixtape est une surprise au fil des minutes où on la découvre. Les tracks s’enchainent. Avec toujours ce fil conducteur autour du Jazz et du gospel.

Le Rap n’est pas une sous-culture. Le Rap s’est forgé et a grandi en puisant dans différents styles. Et c’est ce qui fait sa grandeur. Sa pluralité, sa mixité. Hueman est encore une preuve de plus que sans la Rap, la Musique serait trop vide.

Soundcloud: OswinBenjamin

Facebook : Oswin Benjamin

 

Je veux voir ça demain

0

Par Thibaut Ricadat‏

18 articles

""

share

random

prev

next