Trafalgar Magazine

10/04/2015

Présentez-vous !

Allison : 23 ans, je suis née à Montréal et j’ai déménagé en France à 10 ans. À 18 ans, j’ai obtenu mon Bac ES et après avoir postulé dans différentes classes préparatoires Hypokhâgnes, j’ai été acceptée à Lyon. Puis, j’ai enchainé sur une licence et un Master de Lettres Modernes Recherches, dans lequel je suis encore aujourd’hui, en Master 2.

Marion : 22 ans, je suis née sur l’Ile de la Réunion mais j’ai passé toute ma vie en Haute-Savoie entre les vaches et le fromage (sexy). Je suis arrivée à Lyon, comme Allison, pour intégrer une classe préparatoire Hypokhâgnes puis, après une licence de Lettres Modernes, je me suis lancée dans un double Master Lettres-IAE à Lyon 3. Le but étant de ne pas m’enfermer dans le monde des Lettres ! Mais de là à passer aujourd’hui, avec Allison, le diplôme étudiant-entrepreneur en plus du Master 2… Au-delà du parcours pro, j’ai un vrai parcours passionnel avec l’écriture. Ça fait des années que je la pratique et j’ai eu la chance d’être publiée à plusieurs reprises en maison d’édition parisienne.

Pouvez-vous nous en dire plus sur TRAFALGAR Magazine ?

Il y a d’abord TRAFALGAR, Magazine des Audacieux. On a lancé le site de Trafalgar Magazine en janvier 2014 avec la volonté de se spécialiser dans le portrait. Comme Marion est une accro de l’écriture, elle voulait s’en servir pour mettre en avant de jeunes audacieux Lyonnais. Il faut dire que souvent, dans les journaux ou ailleurs, on ne leur accorde pas l’intérêt qu’ils méritent. Nos portraits sont hétéroclites, il y a des musiciens, des entrepreneurs, des auteurs, des cuisiniers et des humoristes… Mais leur point commun c’est qu’ils soient tous des « têtes brûlées mais bien remplies », des gens qui ont osé sauter pour faire ce qu’ils voulaient ! Nos interviews sont différentes de ce qu’on a l’habitude de voir. On passe plus de 2 h avec l’Audacieux, nos photographes sortent à chaque fois une photo personnalisée en rapport avec leur univers, le texte est vraiment différent selon la thématique et le ton complètement décalé !

Puis il y a TRAFALGAR, Vous tire le portrait, une société qu’on est en train de créer et qui découle du succès du webzine. En gros, tous les portraits de jeunes audacieux sur notre site sont gratuits mais ensuite, des clients qui ont remarqué l’audace de la plume et l’identité se sont mis à commander leur propre portrait. Nos premiers clients : Une journaliste du Huffingtonpost, une bijoutière parisienne, une chanteuse Suisse, un PDG Lyonnais… Après plusieurs commandes et 6 mois d’incubateur à Boost in Lyon, on a compris qu’il y avait vraiment quelque chose à faire.

Quels sont vos rôles respectifs ?

Marion : Côté entrepreneuriat, notre premier rôle est celui d’être co-fondatrice de Trafalgar. C’est un travail à plein temps avec les concours entrepreneurs, les pitchs, les soirées à couvrir, la marque à développer et le business à mettre en place. Il y a un vrai gros travail quand on est porteur de projet. Au-delà de ça, je suis la rédactrice de TRAFALGAR (oui, c’est bien elle la « plume »!) et j’ai signé chaque portrait, avec les tripes! (C’est dégueulasse ce que je dis là non?)

Allison : Au-delà du rôle de co-fondatrice, dans Trafalgar magazine je m’occupe de toute l’organisation de TRAFALGAR (sélection, préparation d’interviews, correction des portraits) et dans la future société, j’ai un rôle de commerciale. Je pitch le projet, j’écoute les besoins des clients et après je communique à Marion pour voir quel angle d’écriture elle pourrait adopter. Marion : En fait, on se complète vraiment bien. Allison est terre à terre, plus réfléchie, plus pragmatique. Ce n’est pas du tout le cliché de la fille qui écrit et qui est à l’Ouest, mais au contraire, si elle ne me raisonnait pas, je foncerais tout le temps tête baissée et je ne saurais pas m’arrêter.

Pourquoi TRAFALGAR ?

Pour la petite histoire, on a commencé notre webzine sous le nom des « Lyonnes », un peu naïvement puisque nous, on voulait créer un concept sur l’Audace et écrire, c’est tout ! Finalement, on n’a pas été assez prudente et Lyon Capitale nous a envoyé une mise en demeure en revendiquant la propriété de sa marque. Mais nous avions à peine 7 mois, on était un petit webzine, et puis finalement c’était assez flatteur de « faire peur » à un grand. On vantait l’Audace alors hors de question pour nous d’aller en Justice et de se battre pour un nom. Notre force était dans le fond, pas dans le titre, on n’avait pas de temps à perdre. On a été plus qu’audacieuse sur ce coup là car en 2 semaines on a tout refondé : site, textes, identité. Le 21 octobre 2014 on annonce la sortie de notre nouveau nom : TRAFALGAR « Touché mais pas coulé »… en référence à la bataille de Trafalgar (Petit cours d’histoire : Bataille navale opposant la flotte franco-espagnol à la flotte britanique, le 21 octobre 1805). On aimait beaucoup l’idée de la métaphore marine car le parcours d’un Audacieux c’est se lancer à l’eau, prendre des vagues, couler, remonter sur la rive et de nager contre le vent…

Quels sont vos projets futurs ?

Aujourd’hui, on a terminé l’accélérateur Boost in Lyon et on vient d’intégrer l’incubateur de Lyon 3. On n’arrête jamais ! Du coup, l’objectif est de continuer à travailler le webzine tout en montant la société de portraits. Après, on est des audacieuses alors forcément, on va te parler de grands projets ! Monter la boîte, avoir des locaux, agrandir l’équipe aux côtés de notre graphiste Sabrina, de notre développeur Alexandre, de notre chargée de com’ Bérangère et des différents photographes de talent. Continuer à avoir de beaux partenariats et à séduire des institutions comme la CCI et ONLYLYON (qui chaque lundi, partagent nos portraits sur leurs pages!) Proposer différents portraits super originaux, penser une version papier, que dans chaque ville il y ait un magazine des audacieux Lyonnais.. Parisiens.. Enfin si tu nous arrête pas… E

t pour vous, c’est quoi l’audace ?

Allison : Foncer tête baissée, saisir toutes les opportunités, mais surtout tout tenter, même si ça ne prend pas, vous ne pourrez jamais regretter d’avoir tout tenté !

Marion : Euh… On la pose tout le temps cette question mais c’est vrai que… L’Audace (tiens, ah oui c’est quoi?) Non, plus sérieusement, je suis frustrée par les gens qui se laissent vivre, j’ai en horreur le verbe « se contenter de »… Ceux qui se contentent d’être monsieur tout le monde, d’aller d’un point A à un point B, de la boîte au bébé, du diplôme qui nous a formé au poste sécurisé… L’équipe me l’a fait retirer, mais dans le premier édito je citais Johnny (mon père) et cette idée « qu’on nous donne l’envie, l’envie d’avoir envie » ou « vivre pour le meilleur » ou « résistes » comme France Gall, ou… oui bon, t’as compris : choisir sa vie!

Un dernier mot pour La Salopette ?

Allison : J’ai toujours rêvé d’avoir une salopette.

Marion : Je crois que ma mère aussi, parce qu’elle me les construisait à coup de bretelles! Ah.. L’Audace…

 

Site : http://www.trafalgarmagazine.com/

 

marion trafalgar magazine

Je veux voir ça demain

12

Par sylvain

6 articles

"Les grands artistes ont du hasard dans leur talent et du talent dans leur hasard"

share

random

prev

next