Hadrien Durand Baissas – Une belle rencontre artistique

20/07/2015

HADRIEN DURAND BAISSAS 05

Hadrien, jeune artiste parisien de 23 ans, nous embarque dans son univers psychédélique, en nous indiquant sa manière de voir le monde. Avec un regard très critique, il a fait sa première série intitulée “SUPERMARKET”, en pointant du doigt la banalité des produits de supermarché. Depuis, on ne cesse de le voir évoluer en proposant de nouvelles merveilles, en passant par différentes expositions ou évènements artistiques : il nous confie d’ailleurs ses expériences.

Décris-toi. Ton âge, ton parcours, tes ambitions.

Je suis un jeune peintre en arts graphiques et dessinateur contemporain né en 1992 à Paris où je vis. J’ai commencé les cours de dessin dans un atelier du 18ème arrondissement dès le collège et j’ai étudié à l’Atelier de Sèvres en classe de prépa et intermédia.

HADRIEN DURAND BAISSAS 04

Chaque illustration a une histoire différente à raconter. De quoi t’inspires-tu pour les faire?

Je puise mon inspiration dans le monde qui m’entoure au quotidien et avec lequel je suis directement en contact, la science, la nature, l’écosystème de notre planète notamment la faune et les espèces fragiles, mais aussi le Cosmos, la physique, les éléments organiques, l’humanité dans sa splendeur et l’humanité dans sa bêtise, l’Histoire de l’Art, le graphisme et la musique.

Comment as-tu commencé à dessiner ? Avec quel(s) matériel (s) ?

À mes débuts, je peignais exclusivement à l’encre de Chine et à l’aquarelle. Rapidement, j’ai troqué mon pinceau contre des Rötrings afin d’être encore plus précis dans mon travail et d’utiliser un style d’expression qui grâce à des traits empilés les uns sur les autres et utilisés en trames m’ont permis de créer un rendu photo réaliste.

HADRIEN DURAND BAISSAS 02

J’ai pu voir que tu avais participé à de nombreux événements consacrés aux dessins tels que « Dali fait le mur », ou « Play Me I’m Yours ». Raconte-moi ces expériences

J’ai eu la chance dès mon jeune âge, de participer à des évènements officiels et importants dans le milieu du Street Art. J’espère qu’il y en aura d’autres par la suite qui le seront encore plus. Je me souviens à l’occasion de sa première expo à Paris, en 2014 que Mr. Brainwash m’a dit : “Tu verras, l’expression artistique est comme une drogue, lorsque l’on commence, il nous en faut toujours plus, et après impossible de s’arrêter !” C’est exactement ce qu’il se passe pour moi actuellement, dès que je participe à ce genre d’évènement où que je réalise une nouvelle œuvre, j’en redemande aussitôt et croyez-moi, je ne suis pas prêt de raccrocher.

Quels sont tes projets pour la suite?

J’ai pour projet de réaliser ma première expo solo avant la fin de l’année 2015 puis éventuellement d’aller Outre-Atlantique, à New-York pendant un certain temps par curiosité pour comprendre comment y évolue le monde de l’Art par rapport à Paris et également, car beaucoup de bonnes et nouvelles choses peuvent nous arriver lorsque l’on est loin de chez soi, et je suis très curieux de voir quoi.

Tes dessins expriment une forme de rituel. Quel est le tien, avant de te mettre à dessiner ?

J’ai besoin d’écouter de la musique très fort et de me couper du monde le temps nécessaire à la réalisation de mon projet. Un dernier petit mot pour la route? Merci infiniment pour l’intérêt porté à mon travail.

 

Liens vers le travail d’Hadrien Durand Baissas :

http://studiohdb.com/ https://www.facebook.com/hadriendurandbaissas?fref=ts

 

HADRIEN DURAND BAISSAS 01

Je veux voir ça demain

7

Par La Salopette

279 articles

"Tout ce qui est ici aujourd'hui, peut être partout demain"

share

random

prev

next