Mummy’s Gone

21/09/2015

Mummy’s Gone, c’est un duo qui allie folk et grunge dans un pur esprit 90’s, des morceaux sombres et intimistes qui sentent bon la bière tiède et le tabac froid. Ils répondent aux questions de la Salopette :

Tout d’abord, est-ce que vous pouvez vous présenter un peu, nous en dire un peu plus sur vous?

Ju : Alors, on s’appelle Mummy’s Gone et on vient un peu d’ici et de là, mais essentiellement de Nîmes puisque c’est là que tout a commencé en 2012.

Seb : Le duo, se compose de Julien à la guitare et voix lead et de moi-même à la batterie et aux chœurs. On s’est rencontré par le biais de Philou, le bassiste de l’ex-groupe de Ju, (10 rue d’la Madeleine). Il est venu me voir et m’a parlé d’un pote à lui qui cherchait quelqu’un à la batterie pour un projet grunge. J’ai accepté de faire un essai et ça l’a tout de suite fait.

Ju : J’avais déjà pas mal de compos en place et quelques idées, il fallait juste rendre la formation pérenne et concrétiser… Au fil des répèts’, on a réussi à sortir quelque chose qui nous ressemblait vraiment, c’est venu comme une évidence d’ailleurs, les choses se sont mis en place très naturellement…

Pourquoi avoir choisi le nom Mummy’s Gone?

Ju: J’ai pensé à ça parce que ça m’inspirait le voyage, le fait de tout lâcher, de s’en aller… Une sorte de fuite en avant en quelque sorte… Ca reflète l’atmosphère que l’on retrouve en permanence à travers notre musique. Mummy’s Gone quoi!

MUMMYSGONE01

Qu’est-ce qui vous a donné envie de faire de la musique et quand avez-vous commencé?

Seb : Ma grand-mère avait tenté de m’introduire au classique en m’apprenant le piano, je devais avoir une dizaine d’années ou un peu moins. Pas convaincu par Bach & Co., j’ai pris des cours de guitare électrique et me suis tourné vers Metallica et Slaye. J’ai revendu mon ampli et mes pédales sur un coup de tête pour faire le batteur dans mon premier groupe, il y a de ça une douzaine d’années.

Ju : La musique justement… et…assez tôt.

Quelles sont vos influences?

Ju : Ce qui me touche… Et il y en a…

Seb : Assez variées pour ma part, du jazz expérimental au métal hardcore en passant par le blues. J’écoute vraiment plein de choses, ça dépend de mon humeur. Les chants traditionnels Croates aussi, Arméniens et Corses, c’est grâce à Ju, qui m’a initié au chant Corse, étant de là-bas. On en a d’ailleurs fait une sorte de rituel avant chaque concert pour se chauffer la voix, on entonne toujours une paghjella avant de monter sur scène…

De quoi parlent vos chansons?

Ju : Des femmes, de nos relations, des bois et des plaines… De cette putain de fuite en avant qui colle aux pompes…

Vous avez une préférence entre : Acoustique et électrique?  Studio et Live?

Ju : Ces derniers temps, on est complètement pour l’acoustique dans le sens minimaliste du terme mais appliqué à l’électrique. Je joue d’ailleurs sur une vieille guitare folk bricolée et adaptée pour l’amplifier en électrique. Ça me permet aussi d’être autant à l’aise sur des morceaux acoustiques plus intimistes que sur des titres plus tranchés avec de la disto comme « I’m so out »… Concernant les lieux d’enregistrement et de concert, je dirais sans hésiter qu’on préfère le Live et tous les lieux quels qu’ils soient, tant que l’ambiance est là et qu’on transmet notre énergie vers le public et inversement c’est tout ce qui compte…

Vous avez déjà sorti un premier EP «  Fall & Rise », en septembre sort « Old Days ». Pouvez-vous nous donner des indices sur ce que nous réserve ce second EP?

Seb : Allez c’est bien parce que c’est toi et parce ce qu’il est bien ton webzine hein 😉

Ju: Ce qu’on prépare avec Old Days, c’est un EP qui sort un peu de nos habitudes par rapport à « Fall’n Rise », avec des morceaux bien plus intimistes et assumés, moins de batterie et davantage de chant, d’harmonie. On a pris en quelque sorte un tournant par rapport à ce que l’on faisait avant, on a aussi fait le choix de creuser davantage l’esprit musique de film, sur le chemin de « Terrible Plan » et de « Don’t Fear No Wrath »…

Seb : Il y aura aussi du violon. Pour ça, on a fait appel à Nico, un pote à nous qui jouait aussi dans « 10 rue à l’époque », pour quelques arrangements. Voilà ce qui vous attend à la rentrée… On en dit pas plus !

Un petit mot pour la Salopette?

Seb : Bah d’abord, on te remercie pour avoir pris le temps de cette ITW et on voulait aussi remercier Camille et Robin de Black Lilys qu’on a croisés sur la route et qui sont devenus nos amis depuis, parce que c’est grâce à eux qu’on a découvert La Salopette et on aime bien l’esprit.

Ju : D’ailleurs on jouera avec eux en co-plateau sur Montpellier le 30 octobre au Black Sheep pour info!

Seb & Ju : Un grand merci et LONG LIVE LA SALOPETTE ! On a pris du plaisir à l’enfiler ! Ha ha

Facebook: https://www.facebook.com/mummysgone?fref=ts

Soundcloud: https://soundcloud.com/mummys-gone/sets/falln-rise-ep

Je veux voir ça demain

8

Par La Salopette

279 articles

"Tout ce qui est ici aujourd'hui, peut être partout demain"

share

random

prev

next