Isolaa – La possibilité d’une île

15/01/2016

 Aujourd’hui on vous propose une bonne dose d’érection créative avec Isolaa, un projet à suivre de très près. Cet îlot utopique mélange expérimentation musicale et graphique pour le plaisir des sens.

On laisse Luigi, une des personnalités derrière Isolaa, vous expliquer en quelques mots :

« C’est avant tout un collectif de pros de l’image et du son, qui réunit des producteurs, des designers, des communicants. Isolaa est devenu un label pour promouvoir des artistes (même si on peut dire qu’Isolaa est un artiste à part entière). Des collabs sortent régulièrement, on invite ceux qui nous inspirent à produire des singles et des EP. Le travail porte ses fruits puisque désormais des artistes nous contactent directement pour être produits, ce qui est la reconnaissance d’un joli boulot. »

Éparpillée entre Paris, Lyon et Marseille, la team est à géométrie variable, avec un noyau dur d’une dizaine de personnes. Les personnalités collaborent le temps d’un projet, se croisent et se complètent. C’est un échange d’alchimies.

« Avec Isolaa, mon but était de monter un laboratoire d’idées où on peut se laisser aller à la création. Créer pour le plaisir de créer, sans barrières », explique Luigi. L’aventure démarre en février 2015 avec la sortie de la mixtape American Breakery, un petit bijou auditif compilant les samples les plus chillants du rap US. Relayée par Le MouvKonbiniRadio Nova, elle tourne aujourd’hui autour de 70 000 écoutes. Et croyez nous, ça vaut le détour. Le bien-nommé Isolaa s’inspire d’une double référence.

« D’une part, parce qu’à travers Isolaa les gens débarquent sur une île où ils peuvent s’échouer librement, sans contrainte. La plupart des artistes avec qui nous travaillons ont déjà leur propre projet à côté. Isolaa c’est la possibilité d’un îlot artistique où tu viens, tu te poses, tu repars selon les nécessité du projet ».

Et c’est, d’autre part, un petit clin d’œil à Island Records, le mythique label de Chris Blackwell qui a produit Bob Marley et U2 pour ne citer qu’eux. Pour Isolaa, 2015 a été une année plus que productive, avec la sortie de deux EP, « Le Soleil Turc » en collaboration avec De la Montagne et « Heartless », une synth-pop aux influences UK. On retrouve comme fil rouge l’utilisation de samples, comme un patchwork de sonorités ethniques, pop et électroniques.

Cette méthode de production, c’est la marque de fabrique d’Isolaa. Le label produit aussi des clips pointus, allez jeter un coup d’œil au boulot d’Arnaud Laffond et sa vidéo en motion design pour «Heartless ». Erection visuelle garantie.

Le terre d’Isolaa est fertile, et de nombreux projets se préparent pour 2016 : « On parle déjà de sortir un nouvel EP, et on va donner carte blanche à un groupe de pop le temps d’un projet. On pense aussi à se lancer dans le textile pour une série limitée. Récemment on a envoyé  à certains de nos followers des petits carnets de rimes, en référence au rappeur Nas qui avait sorti un son qui s’appelle « My Book of Rhymes ». Dans tout ce qu’on fait, on veut pousser à la création ». Une idée qui nous tient à cœur, chez La Salopette.

Pour tes oreilles, ça se passe par ici : https://soundcloud.com/weareisolaa

Le site officiel : http://www.isolaa.com/

Suivez Isolaa sur Facebook : https://www.facebook.com/weareisolaa

Sur Twitter : https://twitter.com/weareisolaa

Et sur Instagram : https://www.instagram.com/weareisolaa/

isolaaclipheartless

Photo ISOLAA

 

Je veux voir ça demain

8

Par anne

25 articles

"En ski nautique derrière le Titanic / C'est fantastique ça plane pour nous comme pour Be..."

share

random

prev

next