st.lle – Rendre visible les invisibles

10/10/2016

A 23 ans, après trois années passées à étudier la bande-dessinée en Belgique, et une petite renommée acquise sur internet, Estelle Marchi, ou st.elle, a décidé de poser ses valises à Paris pour se consacrer entièrement à ses projets artistiques aussi variés soient-ils.

Cheveux décolorés, mèches vertes et petit alien tatoué sur le bras, Estelle ne passe pas inaperçue dans son nouvel environnement parisien. Un mélange d’extravagance et de sensibilité qui lui confère un charme enfantin et magnétique que l’on retrouve dans son travail.

A la manière des auteurs de BD qui l’inspire comme Valentine Gallardo, Mathilde Van Gheluwe ou encore la suédoise Joanna Hellgren (concernant le noir et blanc), Estelle manie le crayon de façon minimaliste, volontairement imparfaite mais toujours maitrisée conférant à certains dessins un aspect de croquis exquis. Une esthétique naïve et onirique qui offrent à ses personnages neutres de genre et d’âge un charme fragile et sert un discours tacite souvent plus lourd de sens.

Car si Estelle varie les supports, BD ou illustration unitaire, l’idée de communiquer à travers son travail est importante et ces derniers symbolisent pour elle des moyens d’expression et d’information notamment sur le thème de la neuro-atypicité* qui anime nombre de ses personnages et de leurs histoires.

Un thème généralement peu abordé dans le monde de la bande dessinée ainsi que dans les médias de manière générale et que ses professeurs ne lui avait d’ailleurs pas encouragé à approfondir, mais auquel, Estelle, autiste asperger, a choisit d’offrir une belle visibilité.

C’est donc nourrie par ses recherches et son expérience personnelle, que l’illustratrice donne vie à ses personnages. Formes longilignes, traits androgynes, regard contemplatif et corps replié, c’est dans l’intimité d’une chambre, ou dans l’immensité urbaine qu’ils évoluent pour faire face aux problèmes que pose leur différence invisible.

Sa mini-BD, Asperge, évoque d’ailleurs le parcours de l’un de ces personnage, Axelle, faisant face à l’incompréhension d’une psychologue qui refuse de reconnaître son autisme lui rétorquant qu’elle « se fait des problèmes pour rien » soulignant la désinformation persistante dans le milieu de la psychologie ainsi qu’ailleurs.

Des illustrations qui en disent long sur son expérience personnelle mais aussi sur ses goûts et notamment la musique. Dans les décors de chambre de ses croquis, les claviers ne sont jamais loin. Car l’illustratrice, est aussi musicienne et compose, de façon plus récréative que le dessin, des chansons qu’elle poste sur son Soundcloud.

Estelle joue du clavier et s’essaye au mixage dans un résultat qui tient du cosmique à mi-chemin entre l’univers onirique de Grimes et un aspect plus concrète. Des mélodies envoutantes, sur lesquelles elle se risque parfois à poser sa voix, la modifiant à sa guise pour brouiller les pistes de la signification de ses paroles. De cette expérience mystérieuse résulte les six titres de son premier EP intitulé Needle disponible sur son Soundcloud.

Une passion musicale à laquelle elle ne manque pas de mêler une dimension visuelle puisqu’Estelle réalise elle-même les artworks accompagnant ses sons ainsi que les clips de ces derniers. Constitués d’images récupérées dans les cassettes familiales ou de véritables créations visuelles, ces derniers finissent de constituer l’univers arborescent de cette créative touche à tout.

Un univers qui en a déjà séduit plus d’un puisqu’elle a déjà collaboré avec le fanzine Facteur, ou participé à une exposition organisée par Beware à la Recyclerie en septembre dernier. Aujourd’hui, Estelle travaille sur la création d’une nouvelle bande dessinée reprenant le thème de la neuro-atypicité, tout en continuant ses expérimentations musicales en espérant pouvoir les tester très vite en live.

Pour plus de détails sur son travail:

https://estellemarchi.tumblr.com/

Facebook : https://www.facebook.com/stllemrchi

Soundcloud: https://soundcloud.com/estelle-archi

Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCTUGKzPRXG4qBwLdYJ7cEKQ?&ab_channel=stllemrchi

(Petit message à l’attention des musiciens, Estelle cherche actuellement des endroits ou se produire en live. N’hésitez pas à la contacter J)

*La neuro-atypicité est un terme peu connu d’autant qu’il a été initié par la communauté autistique, elle même assez ignorée, pour se distinguer des neuro-typiques, ceux qui ne connaissent aucune différence neurologique.

Je veux voir ça demain

4

Par Sophie Laroche

7 articles

"Serivore-cinéphile et mélomane bipolaire je suis un paradoxe vivant."

share

random

prev

next