Ani : le temple du poisson

19/09/2017

Gaby Didonna donne un grand frère à ses deux autres établissements Oto Oto et Imouto. On t’avait déjà parlé de Imouto (petit frère en japonais) et aujourd’hui on te présente Ani (grand-frère) la nouvelle pépite du chef franco-vietnamien.

Il a investi un loft d’inspiration berlinoise avec murs en briques et béton, des graffs et des suspensions aériennes pour y servir exclusivement du poisson cuisiné dans un mariage entre la France et l’Asie.

Tu pourras y déguster toutes les merveilles de la mer à travers ses poissons ou ses fruits. Au menu, on retrouve du thon rouge, de l’émincé de bar, du poulpe et du calamar cuisiné avec du wasabi et autres épices japonaises.

A lire aussi -> Imouto, la fusion franco-japonaise

Pour les desserts, pas de craintes, ils sont tout aussi bons ! Ces douceurs ont été élaborés par Baptiste Aucagne, qui sévit aussi chez Imouto. Éclairs, palets bretons, biscuit à la pistache, ces noms te sont surement familiers mais ce chef pâtissier y a incorporé des saveurs venues de bien loin de chez toi : de la coco, du yuzu ou encore du poivre du Sichuan. Ces mélanges créent des saveurs inédites et inattendues qui vont surement surprendre ton palet (pour ton plus grand plaisir).

Le décor brut et urbain contraste avec la délicatesse des assiettes en porcelaine signées Bernardeau, l’argenterie Christofle et le dressage aérien des plats. La cuisine devient art pour le plaisir des yeux et de la bouche. Les graffitis colorés et aux couleurs psychédéliques s’ancrent parfaitement dans le décor de ce restaurant atypique.

Gaby Didonna fait entrer un peu d’Asie dans nos assiettes et dans nos vie et Ani complète la famille sans lui faire d’ombre. Grace à ce « Grand Frère », tu pourras assouvir tes pulsions halieutiques avec le dépaysement en plus.

Menus à 23€ et 32€

Facebook : ANI

Je veux voir ça demain

0

Par Constance Biard

13 articles

"Et au pire, on meurt !"

share

random

prev

next