Le monde merveilleux d’Emma Hartvig

20/07/2017

Retiens bien ce nom car cette artiste suédoise qui sévit de Berlin à Paris, va faire parler d’elle. Avec ses clichés colorés, osés et rafraichissants, Emma Hartvig apporte une touche inattendue au monde de la photo.

Son travail est satisfaisant à regarder car dans son monde tout à l’air si parfaitement arrangé. Tout est lisse, beau et bien placé, comme si on avait photographié une réalité juste un peu plus parfaite. Mais son monde n’a pas besoin d’artifices pour être harmonieux : les modèles ont le visage nu et le reste du corps aussi, parfois.

Cette nudité n’est pas gênante elle est naturelle et surtout très pure. Emma Hartvig ne photographie pas de poitrines pour photographier des poitrines. Elles les capturent pour montrer la beauté des corps dans leur plus pure simplicité. Ce n’est pas vulgaire, c’est beau.

Elle sature les couleurs et les amplifies car pour elle, les couleurs stimulent les sens, elles réveillent l’intérêt du spectateur.

Ce qui m’a aussi beaucoup marqué dans son travail, c’est la série autour des nageuses. Avec ces photos Emma a su créer un monde onirique, à mi-chemin entre la petite sirène d’Anderson et un film aquatique des années 30.

Le cinéma est d’ailleurs une grande source d’inspiration pour cette jeune photographe. Certains de ses clichés semblent tout droit sortis d’un film de Wes Anderson avec leurs couleurs pastel et leur symétrie.

Les photos d’Emma Hartvig sont parfois étranges, souvent absurdes mais toujours fascinantes. Elle sublime le corps de la femme, le rend à la fois beau et banal. Que ce soit un sein ou une fesse, rien ne choque tellement la photographie est naturel.

Les courbes ne sont pas traitées comme des objets de désir mais simplement comme de la chaire qui est là, mais qui pourrait tout aussi bien être cachée par du tissue.

La jeune suédoise a déjà travaillé avec les grands de ce monde : Chanel, MiuMiu ou encore le Harper’s Bazar. Mais loin de prendre la grosse tête, elle continue d’alimenter son compte Instagram pour le plus grand plaisir de ses followers.

On se demande d’ailleurs comment elle réussit à ne pas se faire striker par le réseau social, qui mène pourtant une ferme politique anti-tétons. Peut-être qu’Instagram lui-même est tombé amoureux d’Emma Hartvig après tout …

Site web : http://emmahartvig.com

Instagram : https://www.instagram.com/ehartvig/

Je veux voir ça demain

2

Par Constance Biard

11 articles

"Et au pire, on meurt !"

share

random

prev

next